La demande en mariage

14 décembre

Voilà , ça y est, vous y êtes ! Vous le sentez, ce soir c’est le soir  il va vous faire sa demande en mariage. Il ne peut pas en être autrement, après tout cela fait 5 ans que vous ramassez les chaussettes sales de jules et que vous lui amidonnez ces cols de chemise avec amour. Sans compter les tartines beurrées du matin et les assiettes qui trainent dans l’évier, la cuvette des toilettes relevée, et les poils dans le lavabo, et… Vous êtes sur de vouloir l’épouser ? Oui ? Bon on continue alors…

Ce soir c’est le grand soir !

Vos rêves de princesses en robe blanche sont tout prêts de devenir une réalité, et bien entendu cela n’a aucun rapport avec le fait que vous ayez laissé trainé négligemment ces multiples magasines sur la table basse du salon ! Encore moins avec votre dernier exploit au mariage de la cousine Bertille, quand vous avez attrapé son bouquet au vol après un double saut périlleux et un atterrissage tout en douceur sur la pièce montée de chez Le Nôtre qui vous a valu votre exclusion de la table familiale pendant 5 mois ! Non ! Ce soir c’est le grand soir, il a réservé dans votre restaurant préféré, vous a demandé de vous faire jolie… Aucun doute, à vous le diamant 12 carats dans la coupe de champagne.

la demande en mariage

Stop ! Je dis stop ! Je ne peux mentir plus longtemps. Soyons réaliste un instant, mis à part les 5,8% de chanceuses qui ont eu le bonheur de voir leur homme genou à terre pour leur demander leur main, il faut bien se rendre à l’évidence ! La vie ne ressemble pas du tout à la dernière production de chez Disney, loin s’en faut. Le prince charmant a foutu le camp comme qui dirait Jean-Louis, et à toutes celles qui vivent encore au pays des bisounours je demande pardon.

Car la demande en mariage, la vraie, pas celle que vos copines ont inventé pour vous rendre jalouse, est du genre à surgir au beau milieu d’une conversation, si on peut l’appeler ainsi, casée entre le fromage et le café.

Mise en situation :

Jules : Au fait t’as été prendre ma chemise au pressing ?

Vous : Oui.

Jules : Tu m’as acheté mes chocobons pour le bureau ?

Vous : Oui.

Jules : Je me paierai bien une nouvelle voiture, mais vu ce qu’on doit payer à la fin du mois…
En même temps si on se mariait avant le mois de juin on paierait moins d’impôts,
qu’est-ce que t’en dis ?

Vous : Oui si tu veux… Hein ? Quoi ?

Et oui, Jules est un incorrigible romantique. Même si on peut trouver cela affligeant il est quand même essentiel de savoir que dans la tête de Jules c’est une preuve de son engagement, une véritable déclaration d’amour. Quoi de plus parlant que vos deux têtes penchées sur votre feuille d’imposition commune, mais que vous faut-il de plus à la fin ?

Ce qu’il est important de retenir dans cette démonstration par très objective je l’avoue, c’est qu’au moins vous aurez peut-être la chance de choisir vous-même votre bague de fiançailles… Payable sur 48 mois certes, mais vous serez certaine qu’elle vous plaira.

Pour conclure je citerai Maurice, un poisson philosophe bien connu de son état : « Après tout, tout ce qui compte c’est l’amour ». Alors que vous croyez au prince ou la princesse charmante, que ce soit lui & elle, lui & lui, ou elle & elle, quel que soit votre âge, vos origines, aimez-vous passionnément avec ou sans diamant.

By Alex

 

Partager :Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0